Frugalisme : L’art de vivre modestement et pleinement heureux en rythmant son quotidien vers l’indépendance financière.

marie Non classé 2 Commentaires

2 minutes 30 secondes

Décortiquons!

Vivre de peu, c’est avant tout oser et assumer dire « Non ».

Non aux dernières tendances modes et technologiques qui ne seront, de toute façon, déjà plus tendance quelques jours venus.
Non aux sorties répétées au restaurant.
Non aux désirs ponctuels sous le couvert de l’émotion.

Vivre de peu, c’est aussi oser et assumer dire « Oui ».

Oui à partager des moments mémorables avec nos amis, notre famille, notre partenaire de vie qui n’engagent aucune sortie monétaire
Oui à une alimentation simple et basique
Oui à une relation saine avec ses finances alignée à ses valeurs.

Vivre pleinement heureux, c’est se donner les moyens de répondre à notre quête de sens. Au revoir culte de la performance et du succès tel qu’actuellement acclamé dans l’univers médiatique. Loin d’être morne, ennuyeux ou aliénant, le mode de vie frugal accueille une vision de la vie beaucoup plus humanisme où toute forme de travail est pleinement valorisées. Organiser un quotidien où les distractions modernes s’éliminent pour laisser place à plus simple, plus lent, plus doux et j’oserai évoquer plus authentique. Il m’est impossible de nier l’importance de la gestion de mes finances dans l’atteinte de cet équilibre.

L’indépendance (autonomie) financière

Cette idéologie frugale partagent certaines motivations des mouvements #minimalisme, #zérodechet et #slowliving, elle se distingue par l’attention accorder à chaque dollar dépensé tout comme chaque dollar investit. Il ne s’agit pas de ne pas consommer, mais plutôt de consommer différemment. Nous nous concentrons sur nos besoins, ceux qui nous font vibrer. On parvient à détecter de plus en plus rapidement lorsque qu’un besoin est plutôt un désir créé par une impulsion cognitive. La publicité et les effets néfastes des réseaux sociaux comme l’envie sont source d’influence de cette impulsion. L’idée n’est pas d’être « cheap » mais bien de réfléchir à la façon de dépenser et devenir plus créatif pour investir et mieux épargner son argent. Le concept Se payer en premier prend tout son sens.

Vivre le moment présent sans dépenser à chaque instant

Avant tout, c’est s’arrêter, faire un pas de côté et s’offrir le temps nécessaire pour observer nos habitudes et comportements de consommation avec bienveillance. Loin l’idée de se taper sur la tête ou de culpabiliser. Aujourd’hui sera toujours un meilleur moment que demain, félicitez-vous de ce temps d’arrêt. Le constat émergent tend vers cette prise de conscience du superflu qui envahi notre espace physique et mental. Une invitation à freiner le rythme du « travailler, consommer, jeter » qui était pour moi plutôt aliénant.

Pour réussir à vivre en dessous de ses moyens, voici les activités qui occupent un frugaliste :

Ne pas se laisser happer par la société de consommation
(possession matérielles et/ou promesses de souvenirs mémorables)

Se projeter dans l’organisation d’un quotidien nouveau

Revoir et penser chaque dépense en lien avec ses valeurs et son bonheur

Rechercher constamment de nouvelles astuces pour réduire son budget mensuel et épargne davantage,

Développer le muscle de l’épargne en diversifiant les stratégies financières
(immobilier, fonds d’investissement, actions en bourse, fonds d’urgence)

Mais Marie, si tu peux te le permettre, pourquoi tant d’efforts pour vivre en dessous de tes moyens? D’abord, pour me libérer de l’emprise du culte de la performance professionnelle ayant des effets néfastes sur ma santé physique et mentale. J’aime travailler, j’aime servir, j’aime prendre part à divers projets… je n’aime pas me sentir enchaînée, prisonnière ou simplement ne pas avoir le choix. Pour répondre à ma quête d’une consommation soucieuse de nos limites planétaires.

Un mode de vie où lenteur, exploration, créativité et souplesse s’interconnectent offrant à ma spontanéité libre espace d’expression.

Partager cet article

Commentaires 2

  1. Tellement, tellement!!
    Cette phrase là en particulier: “J’aime travailler, j’aime servir, j’aime prendre part à divers projets… je n’aime pas me sentir enchaînée”, c’est exactement mon ressenti 👌

    1. Post
      Author

      Salut Noémie, merci de t’être arrêtée ici quelques minutes 🙂 Heureuse que ce passage fasse écho! Contribuer, créer, participer lorsque tout part de soi pour l’ici et maintenant avec une pensée pour ce qui est tout juste devant, ça goûte si bon!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *